« L’Eglise n’a pas peur de l’Histoire » : le pape François ouvre les archives sur Pie XII

Les archives secrètes du Vatican contiennent des fonds importants et variés provenant des Congrégations et des Bureaux de la Curie romaine, ainsi que des dépôts de familles patriciennes romaines et, depuis 1660, la correspondance de la Secrétairerie d’État du Vatican.

Le pape François a autorisé l’ouverture des archives secrètes du Vatican sur le pontificat de Pie XII, comme nous le rapporte l’AFP dans une dépêche… pour le moins controversée.

« Afin de pouvoir faire la lumière sur l’action de Pie XII pendant la seconde guerre mondiale, le pape François a annoncé, lundi 4 mars, que les archives secrètes du Vatican sur son pontificat (1939-1958) seraient ouvertes en mars 2020, ce que de nombreux chercheurs réclament depuis plusieurs années“, annonce l’AFP dans une dépêche reprise dans de nombreux médias. « J’ai décidé que l’ouverture des archives du Vatican pour le pontificat de Pie XII aurait lieu le 2 mars 2020, au 81e anniversaire de l’élection d’Eugenio Pacelli à la papauté »a déclaré le pape en recevant les archivistes du Saint-Siège.

Pour l’Agence France Presse (AFP) – et de nombreux journalistes – le pontificat de Pie XII est “controversé”, en raison d’un prétendu “silence”, compris comme “une complicité passive”… (lire notre article à ce sujet). Silences que le pape François lui-même avait déclaré ‘utiles’ (lire ici), Pie XII ayant sauvé 11.000 Juifs romains (lire ici). Citons aussi, par exemple, le Grand Rabbin de Roumanie, qui avait estimé à 400.000, les juifs de Roumanie sauvés de la déportation par l’œuvre de St Raphaël organisée par Pie XII… (lire ici).

« L’Eglise n’a pas peur de l’Histoire »

« L’Eglise n’a pas peur de l’Histoire », a affirmé François, en rappelant que Pie XII s’était retrouvé à la tête de l’Eglise « en un moment parmi les plus tristes et sombres du XXe siècle ». « J’assume cette décision (…), sûr que la recherche historique sérieuse et objective saura évaluer sous sa juste lumière, avec les critiques appropriées, les moments d’exaltation de ce pape et, sans doute aussi les moments de graves difficultés, de décisions tourmentées, de prudence humaine et chrétienne », a-t-il ajouté.

« Diplomatie cachée mais active »

Ces décisions « pourront paraître à certains comme une réticence et furent en fait des tentatives (…) de maintenir, dans les périodes de ténèbres les plus profondes et de cruauté, la petite flamme des initiatives humanitaires, de la diplomatie cachée mais active », a assuré le pontife argentin, précise encore l’AFP.

De nombreux Juifs ont félicité Pie XII pour son action pendant la guerre

Mais, ce que l’AFP passe totalement sous silence, c’est que de nombreux Juifs ont félicité Pie XII pour son action pendant la guerre. En effet, immédiatement après la Seconde Guerre Mondiale et durant les années qui ont suivi, des centaines de manifestations d’estime envers Pie XII ont été apportées à son égard de la part des plus hautes autorités d’Israël depuis Mme Golda Meir et le Grand Rabbin de Jérusalem, jusqu’au Grand Rabbin de Rome, Elio Toaff (lire notre article).

Une pièce de théâtre et un film… controversés eux aussi !

En 1963, en pièce de théâtre, Le Vicaire, du dramaturge allemand Rolf Hochhuth, dresse un réquisitoire contre Pie XII, créant ainsi de toutes pièces une légende noire. Ce que ne dit pas non plus l’AFP à ce sujet, et comme on l’apprendra plus tard, il s’agissait en réalité d’une opération du bloc soviétique pour déstabiliser l’Eglise catholique, sous le nom “opération siège n°12”, donné en référence aux douze Apôtres. Thèse qui sera reprise en 2002 par le réalisateur d’obédience communiste Costa-Gavras, dont la société s’appelait K.G. production, en hommage au KGB, et qui déclara, pour son film, n’avoir pas voulu s’embarrasser d’historiens… L’affiche du film, amalgamant honteusement la croix nazie et la croix du Christ, fut réalisée par Oliviero Toscani, qui fut le célèbre auteur des campagnes de pub sulfureuses et polémiques de Benetton (lire notre critique à la sortie du film).

Depuis lors, comme le rappelle l’AFP, “« des organisations juives ont dénoncé comme une forme de complicité passive l’attitude de Pie XII face à la Shoah. Alors que ses successeurs Jean XXIII (1958-1963), Paul VI (1963-1978) et Jean Paul II (1978-2005) ont été canonisés, le procès en béatification de Pie XII, relancé en 2009 par Benoît XVI, est depuis au point mort.»

« Pour beaucoup d’historiens, poursuit l’AFP, il aurait dû condamner bien plus fermement le massacre des juifs mais ne l’a pas fait par prudence diplomatique et pour ne pas mettre en péril les catholiques dans l’Europe occupée. » Elle ajoute cependant : « Une pièce de théâtre de 1963, Le Vicaire, du dramaturge allemand Rolf Hochhuth, adaptée dans le film à charge Amen du Grec Costa Gavras en 2002, a largement contribué à cette image d’un pape lâche. D’autres historiens assurent en revanche qu’il a sauvé des dizaines de milliers de juifs italiens en demandant aux couvents de leur ouvrir leurs portes. »

Notre avis : l’ouverture des archives permettra de faire toute la lumière sur ces heures tragiques de notre histoire en toute objectivité historique. Tous ceux qui cherchent la vérité historique ne peuvent que s’en réjouir, qu’ils soient historiens, journalistes, ou simples curieux : affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *