Le pape François silencieux à Auschwitz

PapeFrancoisAuschwitz
« Ce pape vient spécialement pour rencontrer les rescapés », a témoigné une survivante de ce camp de la mort qui a fait 1,1 million de victimes pendant la Shoah…

Ce vendredi, le pape François, qui a visité l’ancien camp de la mort d’Auschwitz, a jugé que la « cruauté » qu’il y avait vue existait toujours dans le monde d’aujourd’hui. « Je ne veux pas vous affliger, mais je dois dire la vérité. La cruauté ne s’est pas arrêtée à Auschwitz et à Birkenau », a déclaré le souverain pontife en s’adressant aux participants aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) depuis une fenêtre du palais archiépiscopal de Cracovie. « Aujourd’hui aussi, tant de prisonniers sont torturés pour les faire parler, c’est affreux (…), beaucoup d’hommes et de femmes, dans des prisons surpeuplées, sont traités comme des animaux », a ajouté François.

À Auschwitz « nous avons vu la cruauté d’il y a 70 ans. Aujourd’hui, la même chose arrive dans tant d’endroits où il y a la guerre ». Dans le camp de la mort installé par les nazis allemands en Pologne occupée, le pape a gardé le silence, mais a exprimé sa réaction devant l’horreur dans le livre d’or : « Seigneur, aie pitié de ton peuple, Seigneur, pardon pour tant de cruauté », a-t-il écrit. Solitaire et recueilli, le visage grave, le souverain pontife a traversé à pied le célèbre portail orné des mots « Arbeit macht frei » (Le travail rend libre) en arrivant à l’ancien camp nazi, près de Cracovie. Ayant à peine franchi l’entrée, il s’est assis sur un banc et s’est plongé dans une prière silencieuse, la tête penchée, les yeux parfois fermés, pendant plus de dix minutes. Il a échangé ensuite quelques mots avec un groupe de douze rescapés du camp, Polonais, juifs et Roms, dont la violoniste de l’orchestre du camp, Helena Dunicz-Niwinska, 101 ans.

Parmi les rescapés, Janina Iwanska, 86 ans, a déclaré qu’elle était « très émue ». « Je voulais m’agenouiller devant lui, mais il m’a prise dans les bras et embrassée sur les deux joues », a-t-elle confié. Le pape lui a paru « non seulement très triste, mais également très fatigué ». La veille, elle avait déclaré avoir le sentiment que le pape venait avant tout pour voir les rescapés. « Les autres papes venaient visiter le site du camp, et par la même occasion rencontrer les survivants, et celui-ci vient pour rencontrer les rescapés », a-t-elle dit. François est allé prier dans la cellule de la mort du saint polonais Maximilian Kolbe, un prêtre qui a offert sa vie pour sauver celle d’un père de famille.
Psaume en hébreu

Il s’est ensuite rendu dans le camp d’Auschwitz II-Birkenau. Quelque 25 catholiques polonais qui avaient risqué leur vie pour aider des juifs sous l’occupation, nommés « Justes parmi les nations du monde » par l’institut israélien Yad Vashem, ont pu saluer le pape et recevoir de ses mains des médailles de son pontificat. Au mémorial de Birkenau, devant lequel le pape est passé lentement en silence, le psaume 130 a été chanté par le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich en hébreu, puis lu en polonais par un prêtre venant d’une ville où une famille catholique entière avait été exterminée pour avoir accueilli et caché des juifs. Environ 1,1 million de personnes ont été tuées à Auschwitz-Birkenau, dont un million de juifs européens. En fin d’après-midi, le souverain pontife a présidé un chemin de croix à Cracovie devant plusieurs centaines de milliers de jeunes. Il y a appelé les chrétiens à aider les exclus et les réfugiés, tout en assurant que cette manière de suivre l’enseignement du Christ n’était pas « sadomasochiste ». « Nous sommes appelés à servir Jésus crucifié dans chaque personne marginalisée (…), dans celui qui est exclu, qui a faim, qui a soif, qui est nu, détenu, malade, sans travail, persécuté, réfugié, migrant », a-t-il dit. Mais « le chemin de la croix n’est pas un chemin sadomasochiste, il est le seul qui vainc le péché (…) en ouvrant les horizons de la vie nouvelle et pleine. »

Le pape François est le troisième pape à se rendre à Auschwitz-Birkenau. Jean-Paul II en 1979 et Benoit XVI en 2006, avaient prononcé des discours très forts pour dénoncer la Shoah. Ce vendredi 29 juillet au matin, le pape François a surtout voulu rester silencieux. Il voulait se rendre seul dans ce lieu d’horreur…

Un silence apprécié

Le journaliste de France 2 présent sur place, François Beaudonnet, a affirmé que le souverain pontife a « respecté son engagement : on l’a vu se recueillir, prier, on l’a vu meurtri, comme écrasé par le poids de ce lieu où sont morts plus d’un million de Juifs ». Ce journaliste a estimé « que le choix de ce silence – qui est évidemment tout sauf de l’indifférence – a plu à la communauté juive. Le grand rabbin de Pologne a déclaré : ‘Il faut rester silencieux sur place, pour ensuite lancer un cri très fort au monde’ ».


Pape François : comment interpréter son silence lors du déplacement à Auschwitz-Birkenau ?

Sources : AFP et France 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *