Selon un témoin, Pie XII ne pouvait pas parler davantage

Selon un témoin, Pie XII ne pouvait pas parler davantage. C’est ce que rapportait la semaine dernière Radio Vatican, reprennant un article de L’Osservatore romano.

Le journal du Vatican a pris une nouvelle fois la défense de Pie XII contre ceux qui lui reprochent son silence face à la Shoah, en publiant un article écrit en 1964 par un jésuite italien, le père Paolo Dezza, recteur de l’université pontificale grégorienne, mort il y a une dizaine d’années. 1964, c’est un an après la sortie de la pièce de théâtre « Le Vicaire » qui a déclenché la légende noire sur l’attitude de Pie XII. Dans cet article, le père Dezza raconte un entretien qu’il a eu avec Pie XII en 1942, alors qu’il avait été choisi pour prêcher les exercices spirituels de la Curie romaine.

Il est possible d’écouter les extraits les plus significatifs de cet article.

Pour le père Dezza, la question de savoir si Pie XII a bien fait de rester discret ou s’il aurait mieux fait de parler davantage reste ouverte du point de vue historique. Mais on ne peut avoir aucun doute sur ses motivations : il a véritablement cherché à faire ce qu’il y avait de mieux pour ne pas aggraver la situation.

Source : Radio Vatican

3 réflexions au sujet de « Selon un témoin, Pie XII ne pouvait pas parler davantage »

  1. lerossignol

    Courrier d’un lecteur à propos de l’émission L’Eglise aujourd’hui, le débat. du Mardi 9 février/ Radio Notre Dame : Pie XII.
    Merci de lire ce commentaire. Radio Notre Dame est-elle une radio ‘libre’ ? Ecoutant l’émission de ce jour consacrée au Pape Pie XII, j’ai été surpris et attristé de constater le manque d’objectivité élémentaire qu’au nom de la vérité journalistique et de la vérité tout court on est en droit d’attendre d’une radio chrétienne dont on soutient par ailleurs les efforts. L’objectivité consiste sur une question qui fait débat (où était le débat, titre et rôle de l’émission ?) de mettre en présence les tenants des différents points de vue à armes égales d’arguments scientifiques, en l’occurrence historiques. Et non d’exposer un point de vue univoque manifestement teinté de complicité complaisante. Il est très inexact de dire que toute la vérité soit faite sur le Pape Pie XII. Et d’asséner par ailleurs que Eugenio Pacelli a été la victime d’une rumeur vindicative de manipulateurs dont la malveillance sauterait aujourd’hui aux yeux. Un historien professionnel doit savoir exposer de manière contradictoire. Pourquoi dans un souci de complémentarité ne pas avoir invité en même temps que Frédéric Le Moal, Etienne Fouilloux, de l’Université Lyon Lumière, lui aussi expert du pontificat de Pie XII, pour ne s’en tenir qu’à un historien catholique. En aucune façon la vérité présentée n’a fait l’objet de remarques prudentielles. Rien sur les zones d’ombre d’une monarchie autocratique avérée dont l’Eglise eut à souffrir (par exemple l’appauvrissement d’une partie du catholicisme français à la suite de la condamnation des prêtres ouvriers, ou les sévères mises à l‘écart de nombreux théologiens réhabilités par le Concile Vatican 2, tels les pères Congar et de Lubac) pour ne rien dire de la non abrogation de l’expression juifs ‘perfides’). L’émission n’était pas dans la recherche de la vérité mais dans un exposé hagiographique, alimenté par la présentatrice uniquement soucieuse de ‘faire valoir’ les points de vue sélectifs de ses deux intervenants, en posant des questions dont la réponse était entendue d’avance. L’appel à témoin : Serge Klarsfeld, avocat mais non historien, et BHL, philosophe mais non historien (et qui vient de se faire épinglé ce même jour pour une bourde monumentale) ne constituent pas en dépit de leur personnalité respectable et respectée, des témoins pour autant définitifs, Il serait aisé d’opposer d’autres témoins. Quant à la conversion du rabbin de Rome, elle est un acte individuel qui relève de la conscience et de la gratitude personnelle sur laquelle il est interdit de spéculer en l’étendant symboliquement à la reconnaissance générale de la communauté juive. L’engagement en faveur de Pie XII est, nul ne le conteste, évidemment tout à fait légitime, à condition de respecter les règles du jeu, dont l’honnêteté intellectuelle est l’arbitre. Ou bien il faut carrément annoncer la couleur. Il s’agit d’une stratégie de communication destinée à propager sans retenue la vénération du pontife et à replacer son pontificat au dessus de tout soupçon, afin que nul n’en doute. Mais les mots ont un sens. Il ne faut pas faire accroire que l’histoire et l’hagiographie, c’est la même chose. La vérité sortira alors d’un autre puits. Une radio chrétienne se devrait de dire la vérité, toute la vérité. Quelle perte de crédibilité si RND préfère la partialité à la ‘catholicité’ de sa vocation. Catholique …et générale dit le bandeau d’accueil du site RND! Je ne suis pas tout à fait sûr que le cardinal Jean-Marie Lustiger, père de Radio Notre Dame, à qui le signataire de ce courrier est redevable d’un compagnonnage au temps de son aumônerie du Cantre Richelieu, eut applaudi à deux mains. François Lerossignol : flerossignol@gmail.com

    Répondre
  2. syber

    Le commentaire ci-dessus pose la juste question de l’objectivité en histoire. Toutefois, il est bon de rappeler que les travaux historiques de Serge Klarsfeld font autorité sur la question du calendrier de la Shoah en France. Il est donc bel et bien historien et sait très bien de quoi il parle, ayant dressé le calendrier méticuleux de la persécution et de la déportation des Juifs de France. C’est d’ailleurs l’angle d’approche de la question le plus pertinent. Il a notamment montré que la chaine de protestation des évêques de France avait permis de stopper le cycle des rafles et des convois de l’été 1942 en France. Ces travaux ont été publiés avec pièces historiques à l’appui en de nombreux volumes entre 1985 et 2001. Merci donc de mieux vous renseigner.

    Répondre
  3. Jean-Baptiste Maillard

    @Rossignol : merci de votre commentaire. Je serais très heureux de discuter plus en profondeur avec vous sur ces questions, notamment sur la condamnation des prêtres ouvriers et l’interdit d’intervention posé à Lubac, Congar, Chenu… mais avez-vous pris le temps de lire le dossier que nous avons réalisé et qui était la trame de cette émission de Radio Notre Dame ? Vous pouvez le télécharger directement en ligne : cf http://www.pie12.com/index.php?post

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *