Une anecdote bruyante : l’encyclique cachée

Comment une anecdote sert de prétexte à une polémique…

Portrait de Pie XII

Le 22 juin 1938, à la demande de Pie XI, le Père John La Farge, jésuite américain, est chargé de rédiger un texte qui dénoncerait le racisme et l’antisémitisme, dans le prolongement de Mit Brennender Sorge. Aidé par deux collaborateurs, il remet trois mois plus tard un manuscrit d’une centaine de pages au supérieur général des jésuites, le Père Wladimir Ledochowski. Ce dernier le fait relire par un censeur avant de le transmettre au pape le 21 janvier 1939. Mais Pie XI décède le 10 février et Pie XII décide de la ranger dans les archives.

C’est en rangeant les papiers du Père La Farge que les brouillons ont été découverts. Les commentaires ont fusé : il s’agirait d’une « encyclique cachée » que le pape, germanophile convaincu, aurait volontairement enterré. Toutefois, rien n’indique qu’il s’agit d’une encyclique, ni d’un document « caché », puisque Pie XII en fait mention, à peine élu, lors d’une réunion avec les principaux évêques allemands de passage à Rome.

En 1995, lors de la parution intégrale du texte les accusations reprennent : ce texte serait une « occasion manquée » que Pie XII refusa de publier parce qu’il était antisémite. Certains prétendirent qu’il aurait freiné les persécutions contre les Juifs. C’est possible même si, en Allemagne, cela aurait été peu vraisemblable : la plupart des appels de Pie XII provoquèrent la colère chez les nazis, et non l’apaisement.

Enfin, la dernière question que nous pouvons poser est la suivante : ce texte – encyclique ou non – méritait-il d’être publié ? Le Père La Farge avait choisi de réaliser une longue étude théologique entre les notions, d’antijudaïsme justifiable, ou antijudaïsme social et un antisémitisme racial, injustifiable. De telles nuances, dans le contexte idéologique de l’époque, auraient pu être dangereuses.

Lire à ce sujet l’excellente analyse du Père Blet : « L’encyclique cachée ? », Communio, n°XXI – 2, Mars-avril 1996

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *