Pie XII sur Direct 8

Dieu merci

La béatification de Pie XII n’aura donc pas lieu avec celle de Jean-Paul II : Benoît XVI vient d’annoncer la béatification de son prédécesseur le 1er mai prochain. Et ce soir, l’émission Dieu Merci! sur Direct 8, sera sur le thème « Pie XII et son action face au nazisme. »

Présentation de l’émission :

Noël 1942, le New York Times commente : « La voix de Pie XII est bien seule dans le silence et l’obscurité qui enveloppe l’Europe ce Noël… Il est à peu près le seul dirigeant restant sur le Continent européen qui ose tout simplement élever la voix. »

Injustement surnommé « pape du silence », Pie XII n’a cessé de condamner le nazisme et a déployé une action formidable pour sauver des centaines de milliers de vies.

Quelle fut la véritable action du souverain pontife contre les crimes de guerre de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste ?

François Foucart, journaliste, chroniqueur judiciaire et informateur religieux français sera l’invité d’Hadrien Lecoeur pour faire place à la vérité sur l’action de Pie XII face au nazisme.

Pour en savoir plus : Dieu merci!

11 réflexions au sujet de « Pie XII sur Direct 8 »

  1. Francine Carpentier

    Vivement que Pie XII soit béatifié !
    Ce Pape est sans doute un des plus grands papes de l’histoire, ce qui n’enlève rien à Jean-Paul II, qui est lui aussi un très grand Pape.
    Pour petit rappel, voici ce que dit Gary Krupp* à propos de Pie XII :
    « Pie XII était le plus grand héros de la seconde Guerre mondiale…il a sauvé plus de juifs que Roosevelt, Churchill et tous ceux qui leur sont associés. Il ne devrait pas être une raison de litige entre les catholiques et les Juifs ».

    Et aussi information :
    Parmi les preuves que Gary Krupp a pu avancer, figure une circulaire datée du 30 novembre 1938, signée du cardinal Pacelli, adressée aux nonciatures, aux délégations apostoliques et à 61 évêques. Cette circulaire demandait de
    « trouver 200 000 visas pour permettre à des « catholiques non-aryens » (formule codée pour désigner les juifs…) de sortir du territoire du Reich »

    On peut y lire la précision suivante : « que l’on veille à ce que des sanctuaires soient mis à disposition pour sauvegarder leur vie spirituelle et protéger leur culte, leurs coutumes et leurs traditions religieuses ».

    Peu de temps après, dans une lettre datée de janvier 1939, Pie XII confirmait le contenu de sa circulaire en ces termes : « N’entreprenez pas seulement de sauver les juifs mais aussi les synagogues, les centres culturels et tout ce qui appartient à leur foi : les rouleaux de la Torah, les bibliothèques, etc… »
    .
    …. je n’appelle pas cela aider hitler !

    • Gary Krupp est un Juif, âgé de 62 ans, à la retraite, après avoir été industriel fabriquant d’équipements médicaux.

    En 2003 il a créé une fondation Pave the way (« Prépare ton chemin ») ayant pour but de «combler les fractures de compréhension entre les religions » Mais le plus important est que cette fondation a financé les investigations et enquêtes menées au sujet des relations entre l’Allemagne nationale-socialiste et Pie XII. au terme desquels il a pu affirmer de façon certaine :
    « Saviez-vous que le pape Pie XII avait sauvé plus de 860 000 juifs des camps de la mort ? Je veux dire que je ne le savais pas auparavant. C’est un assassinat caractérisé, une « shanda » ( un déshonneur en Yiddish), que tant de Juifs disent qu’il était anti-sémite ». Il ajoutait, trahissant toute la pression qu’il avait dû subir : « Croyez-moi, quand j’étais enfant, je ne rêvais pas que je défendrais un jour un homme que nous croyions un sympathisant nazi ».

    ___

    je vous invite à regarder le siaporama que j’ai réalisé, il y a quelques temps, en l’honneur de ce très grand Pape : « Pie XII, un don pour le XXème siècle – Benoît XVI » :
    http://gloria.tv/?media=5372

    Répondre
  2. mariel

    La circulaire de novembre 1938, comme la lettre de janvier 1939, c’est le pontificat de Pie XI, avec 11, comme dans onze. Créditer le pape Pie XII de décisions faites par son prédécesseur, quand bien même il les a exécutées en tant que secrétaire d’Etat, n’est pas juste historiquement.

    Répondre
  3. Francine Carpentier

    Interview de Gary Krupp sur Pie XII sur le site « Gloria.tv » :
    http://gloria.tv/?media=132285

    Gary Krupp dirige la fondation des juifs américains « Pave the way » qui a enquêté longuement sur le pape Pie XII et son attitude face à la persécution des juifs durant la seconde guerre mondiale.
    Reportage extrait de l’émission « Parlons En » sur les relations entre le Vatican et Israël :Licence :

    Tous les droits réservés .
    Répondre
  4. Francine Carpentier

    « Aucun autre pape a été aussi magnanime avec les Juifs. Toute la génération des survivants de l’Holocauste témoigne que
    Pie XII a été authentiquement et profondément un « juste ». Pie XII fut l’une des personnalités les plus critiques envers le nazisme. Sur 44 discours que Pacelli a prononcés en Allemagne entre 1917 et 1929, 40 dénoncent les dangers imminents de l’idéologie nazie. En mars 1935, dans une lettre ouverte à l’évêque de Cologne, il appelle les nazis « faux prophètes à l’orgueil de Lucifer ». Sa première encyclique en tant que pape, « Summi pontificatus », de 1939, était si clairement anti-raciste que les avions alliés en lâchèrent des milliers de copies sur l’Allemagne pour y nourrir un sentiment anti-raciste.

                  Rabbin David Dalin

    Qui osera encore parler du « silence » de Pie XII ?

    Répondre
  5. Leopold NZORIJANA

    Si j’ai bien compris, la canonisation d’un defunt n’est pas le seul fait du pape puisque le Defunt doit aussi y contribuer en montrant des signes de sa Saintete. Alors , ne soyons pas presses, peut-etre que ce Pape enverra aussi sur la terre des signaux montrant qu’il est Saint parmi les Saints!!

    Répondre
  6. Francine

    LES ALLIES ONT FAIT PRESSION SUR PIE XII POUR LE FAIRE TAIRE

    Découverte de documents britanniques et américains

    ROME, Mardi 18 mai 2011 (ZENIT.org) – Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont exercé des pressions sur le pape Pie XII pour qu’il ne dise rien sur les brutalités nazies, évitant ainsi que ses protestations aient d’autres conséquences, révèlent des documents jusqu’ici inédits.

    Les textes ont été découverts par la Fondation Pave the Way, fondée par le juif américain Gary Krupp. Selon lui, les révélations qu’on y trouve peuvent aider à mieux comprendre les circonstances des agissements de Pie XII.

    Au milieu des documents retrouvés dans les archives américaines, figure la correspondance entre le représentant britannique près le Saint-Siège, sir D’Arcy Osborne, et Myron Taylor, représentant du président américain Franklin D. Roosevelt près le Saint-Siège.

    Dans le texte, portant la signature de Franklin C. Gowen, l’assistant de Myron Taylor, et daté du 7 novembre 1944, à 12h45, il est expliqué que D’Arcy Osborne « appela et dit qu’il avait peur que le Saint-Père lance un appel radio pour les juifs de Hongrie et se mette à critiquer ce que les russes faisaient dans les territoires occupés ».

    « Sir D’Arcy dit qu’il fallait faire quelque chose pour s’imposer au pape et faire en sorte qu’il ne s’exprime pas, car cela aurait eu des répercussions politiques très graves », ajoute le diplomate américain.

    Documents détruits

    « Un autre document sur l’aide aux réfugiés juifs affirme clairement que le lettre devait être détruite pour éviter qu’elle ne tombe entre les mains ennemies », a expliqué Gary Krupp dans un communiqué.

    Dans une lettre d’Arcy Osborne du 20 avril 1944 à Harold Tittman, l’assistant de Myron Taylor, le représentant britannique près le Saint-Siège demande de détruire les documents envoyés pour aider les organisations américaines juives, car ceux-ci auraient pu mettre en danger la vie de ceux qui les avaient remis, et il mentionne concrètement le nom d’un prêtre appelé « Benoît ».

    Gary Krupp a relevé que « ce geste était courant durant la guerre, mais il y a encore des critiques qui semblent ne pas comprendre que c’est la raison pour laquelle tant d’ordres écrits ont été détruits ».

    Ronald Rychlak, professeur à la Faculté de droit de l’université du Mississippi et auteur de livres sur Pie XII a lui aussi participé à la découverte des documents.

    Autres documents

    Pour sa part, le journaliste Dimitri Cavalli, chercheur et collaborateur à la Fondation Pave the Way, a trouvé divers documents extrêmement significatifs de l’agence internationale JTA (Jewish Telegraph Agency).

    Une dépêche du 28 juin 1943 fait état d’accusations de « Radio Vatican » contre le traitement que recevaient les juifs en France.

    Dimitri Cavalli a trouvé le numéro publié le 19 mai 1940 par la revue « Jewish Chronicle », de B’nai B’rith (association juive d’action sociale), où Pie XII apparaît en couverture et dont un article révèle que le pape était en discussion avec des professeurs juifs qui avaient été expulsés des institutions italiennes à cause des lois raciales de Benito Mussolini.

    Le 15 janvier 1943, la JTA informait de la réponse du cardinal Pierre-Marie Gerlier, archevêque de Lyon, aux autorités nazies qui avaient proposé de laisser en paix l’Eglise catholique si celle-ci ne disait rien sur le traitement réservé aux juifs. Le cardinal avait répondu au commandant nazi : « Vous ne savez pas que le Saint-Père (Pie XII) a condamné les lois antisémites et toutes les mesures anti-juives ».

    La revue juive « Advocate » du 5 février 1943 publia ce titre: « le cardinal hongrois attaque les théories raciales », en référence au dur discours prononcé par le cardinal Jusztinián Györg Serédi, O.S.B., archevêque d’Esztergom-Budapest.

    La déclaration répercutée sur les ondes de Radio Vatican, condamnait avec force les théories raciales nazies et demandait que la Hongrie protège « tous ceux qui étaient menacés pour leurs convictions ou leur race ».

    Sur la même page on peut lire un bref article où il est dit que Mussolini rendait les lois raciales moins dures pour pouvoir reprendre des relations avec le Vatican.

    Le « Jewish Chronicle » de Londres du 9 septembre 1942 informait que Joseph Goebbels, ministre de la Propagande de l’Allemagne nazie, avait imprimé dix millions d’opuscules en plusieurs langues, qui furent distribués en Europe et en Amérique Latine, condamnant Pie XII pour sa position en faveur des juifs.

    Gary Krupp a déclaré à ZENIT que ces documents ne sont qu’une goutte d’eau par rapport aux 46.000 pages d’articles d’information, documents originaux, matériel de recherche et témoignages oculaires confirmant l’aide que Pie XII a apportée aux juifs et qui ont été publiés par la fondation Pave the Way.

    Ce matériel et les vidéos contenant des témoignages historiques peuvent être consultés sur : http://www.PTWF.org.

    Jesús Colina

    ZENIT : http://www.zenit.org/article-27957?…

    Répondre
  7. mariel

    « Sur 44 discours que Pacelli a prononcés en Allemagne entre 1917 et 1929, 40 dénoncent les dangers imminents de l’idéologie nazie » : pourriez-vous expliquer, Madame Carpentier, de quels discours parlez-vous au juste? Car non seulement le nonce Pacelli a prononcé bien plus que 44 discours durant ses douze années passées à Munich et à Berlin, mais surtout, personne, jusqu’à aujourd’hui, n’y avait encore relevé quelque référence au danger nazi ; peut-être parce que le parti nazi ne fut fondé qu’en 1920, qu’Hitler était pratiquement inconnu avant 1923, et que le danger de son idéologie ne pouvait guère apparaître imminente qu’à partir de sa victoire aux élections de 1930? Peut-être confondez-vous avec les notes adressées au gouvernement allemand, à la demande de son supérieur, le pape Pie XI? Malheureusement, nous n’en sommes pas ici à une approximation près.

    Répondre
  8. Francine Carpentier

    Lisez le livre du Rabbin David Dalin « Pie XII et le Juifs, le mythe du Pape d’Hitler », et vous aurez là matière à réflexion sur ce qu’il faut dire ou faire ou ne pas dire ou ne pas faire en période de guerre.

             Vous verrez ce ne sont pas des notes « approximatives » ! …. et sur ce blog non plus d’ailleurs ce ne sont pas des notes « approximatives » soit dit en passant. Le Rabbin David Dalin offre avec ce livre, « une étude historique sérieuse et d’une rare densité. La rigueur de son travail est attestée par l’impressionnante quantité de faits et de paroles rapportés et par l’hommage rendu par nombre de ses confrères Et enfin, toujours pour citer l’ouvrage du Rabbin Dalin : « John S. Conway, le plus grand expert en ce qui concerne les onze volumes des « Actes et Documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale » publiés par le Vatican, écrivant dans « Yad Vashem Studies », en 1983, concluait : « Une étude attentive des milliers et milliers de documents publiés dans ces livres ne laisse que peu de place à la thèse selon laquelle l’attitude des diplomates du Vatican aurait été, avant tout, motivée par une sorte d’instinct de conservation ecclésial. Bien au contraire, l’image qui s’en dégage est celle d’un groupe d’hommes intelligents et consciencieux, recherchant des chemins de paix et de justice, à l’heure où, dans une logique impitoyable, on était en train de faire de ces idéaux des notions complétement obsolètes dans un monde de « guerre totale ». Ces ouvrages insuffisamment exploités (qui sont résumés dans le livre du Père Pierre Blet S.J. : « Pie XII et la Seconde Guerre Mondiale d’après les archives du Vatican », « révèlent de manière encore plus claire et convaincante », comme le disait Jean-Paul II à un groupe de personnalités juives à Miami en 1987, « à quel point Pie XII était profondément affecté par la tragédie du peuple juif, et combien il se donnait vraiment de la peine pour leur porter secours ». Le Talmud, cette immense œuvre du VIème siècle, condensé de la loi et de l’éthique religieuses juives, enseigne que, selon les Ecritures « Quiconque sauve une vie sauve l’Univers tout entier ». Plus que la plupart des autres autorités du XXème siècle, Pie XII s’est réellement conformé à cette maxime, à un moment où le sort des juifs d’Europe était en jeu. Aujourd’hui, environ 60 ans après le Shoah, il faut faire mieux connaître et mieux comprendre que Pie XII était un véritable ami du peuple juif, et qu’en fait, il sauva la vie de bien plus de juifs que quiconque. Il en sauva davantage, notamment, que Raoul Wallenberg et Oskar Schindler, ces hommes qui sont souvent, et à juste titre, traités comme des héros, pour leurs exploits. Il faut qu’on se souvienne que des personnalités juives d’Israël, d’Europe et d’Amérique ont fair l’éloge des actions du pape pendant et après la Shoah, et qu’ils ont promis de ne jamais l’oublier. Il faut qu’on se souvienne qu’aucun autre pape, dans l’Histoire n’a été aussi universellement acclamé par les juifs. Ces louanges sans précédent ont une justification incontestable qu’il faut rappeler plus clairement. Il est difficile d’imaginer qu’autant de personnalités juives, parmi les plus importantes au monde, et venant de plusieurs continents, aient toutes été abusées ou se soient toutes fourvoyées en rendant ainsi hommage aux actes du pape pendant la guerre. La gratitude indéfectible des survivants de la Shoah envers Pie XII était authentique et profonde. Je crois qu’il est temps maintenant que Pie XII soit officiellement reconnu par Yad Vashem comme l’un des « Justes des Nations ».
                  Extrait du livre du Rabbin David Dalin : « Pie XII et les Juifs, le mythe du Pape d’Hitler » p. 156 - 157
    Répondre
  9. mariel

    Ces discours n’existent pas. C’est une question de bon-sens : imaginez-vous vraiment le représentant du pape en Allemagne dénoncer publiquement, quarante fois, dès 1917, le national-socialisme, et ce alors même que cette idéologie n’existe pas encore? A moins de faire de Guillaume II, d’Erzberger ou du président Ebert des nazis en puissance ; ou d’y voir un miracle pacellien, qui sait.
    Donc, oui, je maintiens, l’information que vous rapportez ici est plus qu’approximative.

    C’est probablement une étourderie et rien de plus de votre part, ce n’est donc pas bien grave. Je suppose que vous avez seulement mélangé avec les notes adressées par le secrétaire d’Etat Pacelli au gouvernement nazi dans les années Trente (je n’ai pas l’ouvrage de David Dalin sous la main ; j’espère au moins que ce n’est pas lui qui est fâché avec la chronologie, et que vous avez seulement mal recopié ses propos, sinon, ce ne serait pas très encourageant pour le reste de l’ouvrage, qui se présente, je crois, comme un livre d’histoire).

    Si je me permets de le souligner ici, c’est parce qu’il est fréquent de trouver des erreurs de ce type, ici comme ailleurs : je pense notamment aux actes de Pie XI dont on crédite continuellement son successeur, ou aux déclarations des évêques allemands de 1930-1932, que l’on présente comme une décision romaine, ce qu’elles ne sont point (j’ai même vu ces déclarations présentées ici comme de « récentes découvertes archivistiques de la fondation Pave the way » alors qu’elles sont connues depuis près de 80 ans), etc.

    Loin de moi l’envie de juger la papauté, ni avant, ni pendant la seconde guerre mondiale ; loin de moi aussi l’idée d’insulter qui que ce soit, mais mes cheveux se hérissent à voir ces anachronismes et ces imprécisions, qui m’apparaissent parfois friser avec la malhonnêteté intellectuelle.

    Répondre
  10. Francine Carpentier

    Entre le livre du Rabbin David Dalin « Pie XII et les juifs, le mythe du pape d’Hitler », et vos écrits ….. on n’hésite pas un seul instant !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *