La Jeunesse hitlérienne et le christianisme

Une chanson des Jeunesses hitlériennes révélatrice des sentiments anti-chrétiens du national-socialisme.

Nous sommes la joyeuse jeunesse hitlérienne, nous n’avons pas besoin de vertu chrétienne,

Car notre guide Adolf Hitler est notre sauveur, notre médiateur.

Aucun vilain cureton ne peut nous empêcher ee nous sentir les enfants de Hitler. Ce n’est pas le Christ que nous suivons mais Horst Wessel (1) avec de l’encens et une marmite d’eau bénite!

Nous suivons en chantant les drapeaux hitlériens, alors seulement, nous sommes dignes de nos anciens, Je ne suis ni catholique, ni chrétien, je vais avec la SA, où qu’elle aille.

On peut me voler l’Eglise, la croix gammée me rend heureux sur Terre; je la suivrai pas à pas. Baldur von Schirach (2), emmène-moi !

Cité in Hubert Wolf, Le pape et le diable, Paris, éditions du CNRS, 2007, p. 236.

(1) Jeune militant de la SA, mort en 1930 dans un combat contre des communistes (2) Chef des Jeunesses hitlériennes

2 réflexions au sujet de « La Jeunesse hitlérienne et le christianisme »

  1. Blaise

    Evidemment que c’est clair. La nature antichrétienne du national-socialisme est un secret de polichinelle.

    Alors? que penser des personnes qui dénoncent une complicité entre l’Allemagne nazie et l’Eglise Catholique? sommes-nous condamnés à leur proposer une anthologie des textes antichrétiens en vogue dans le « Reich millénaire »? tout cela est ridicule! quand les gens sont de mauvaise foi ils sont de mauvaise foi.

    Il me semble – je peux me tromper – qu’aujourd’hui les attaques contre l’Eglise sur cette période ne sont pas aussi absurdes (à part le pseudo-philosophe M. Onfray). Pie XII n’est plus vu comme « le Pape d’Hitler ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *