Pie XII préféra l’action souterraine contre l’option d’un choc frontal

Pie XII - Pie12.com

Robert Kempner, magistrat juif d’origine allemande, procureur adjoint au procès de Nuremberg écrit à ce sujet en 1964: « Toute prise de position à caractère propagandiste de l’Église contre le gouvernement de Hitler aurait non seulement été un suicide prémédité, mais elle aurait accéléré l’assassinat d’un nombre bien plus grand de Juifs et de prêtres. »

Survivant de l’Holocauste, le Grand rabbin du Danemark explique que « si le pape avait été plus explicite, Hitler aurait sans doute massacré beaucoup plus que six millions de Juifs et peut-être dix millions de catholiques ».

Pie XII confia à ses émissaires chargés de parcourir l’Europe pour recueillir des informations sur les persécutions: « Dites-leur que le pape souffre avec eux, il souffre avec les persécutés (…) Si par moments, il n’élève pas davantage la voix, c’est pour ne pas causer de pires maux » (cf. Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre Mondiale : 20 volumes rassemblés pendant 15 ans par 3 jésuites).

2 réflexions au sujet de « Pie XII préféra l’action souterraine contre l’option d’un choc frontal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *