Serge Klarsfeld : « Il n’y a aucune raison pour que Pie XII ne devienne pas saint »

Cette interview donnée au Point par Serge Klarsfeld est un contrepoids majeur dans le déferlement de critiques que suscite la décision de l’Eglise catholique, en l’espèce le pape avec l’assentiment unanime des cardinaux, de faire de Pie XII un vénérable, première étape vers une éventuelle béatification puis canonisation (sans qu’il y ait toutefois d’automaticité).

Serge Klarsfeld, fondateur de l’Association des fils et filles des déportés juifs de France est une personnalité éminente de la communauté juive française. Avocat et célèbre chasseur de nazis (notamment Aloïs Brunner et Klaus Barbie), il a consacré sa vie à débusquer les acteurs et les complices de l’Holocauste.

(Merci à Médias&Evangile)

2 réflexions au sujet de « Serge Klarsfeld : « Il n’y a aucune raison pour que Pie XII ne devienne pas saint » »

  1. Nymphaea

    Il est heureux que certains responsables médiatiques commencent à reconnaître que Pie XII a fait tout ce qu’il a pu -et même plus- dans les circonstances de l’époque, mais il faudrait aller au-delà des tentatives de rétablir ponctuellement une vérité et tâcher de moraliser la presse.
    Toute parole est créatrice… ou destructrice. Les êtres humains doivent prendre conscience de leur lourde responsabilité lorsqu’ils sont détenteurs d’un accès à la presse et disposent, de manière assez exclusive car ce n’est qu’un petit nombre, du droit de dire et écrire tout ce qu’ils veulent. Ils ne peuvent pas se cacher derrière un micro ou derrière une feuille de papier et un crayon : là aussi, Dieu viendra les chercher et leur demandera des comptes sur la manière dont ils ont utilisé la presse, pour faire le bien ou pour faire le mal. Avoir le droit d’écrire dans les journaux ou de parler à la radio et à la télévision n’est pas avoir le droit de causer du scandale, de dire du mal, de calomnier ou médire, pour ensuite appeler cela « dire la vérité » alors que nul ne peut connaître la vérité complète ! Il y a des conséquences à tout acte, ces conséquences sont éternelles et se répercutent « dans l’air », c’est-à-dire dans le monde de l’esprit, pour le monde entier.
    Malheur à celui qui ment dans la presse ou qui y entretient simplement un esprit de jugement d’autrui, et qui fait ainsi pencher les esprits de tous vers le mal ! Heureux celui qui informe dans l’humilité !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *