Pie XII pendant la guerre

Pie XII vu par ses contemporains : pendant la guerre

Pie XII

  • Le 20 octobre 1939, il publie sa première encyclique, Summi Pontificatus, dans laquelle il défend une doctrine anti-totalitaire et antiraciste, condamnant l’Etat divinisé et réaffirmant l’égalité de tous les hommes et toutes les races devant Dieu. Le 9 novembre, un journal juif de Cincinatti, American Israelite, écrit : « En condamnant le totalitarisme, Pie XII a confirmé l’égalité fondamentale des hommes. Cette encyclique souligne l’inviolabilité de la personne humaine et son caractère sacré. »
  • Dans une lettre adressée au rédacteur en chef du New-York Times, Louis Finkelstein, Doyen du Séminaire américain de théologie hébraïque rappelle aux lecteurs qu’ils sont alors plongés dans une époque où « l’hostilité à toutes les formes de religion, qui caractérise le totalitarisme moderne, nous mène à conclure que la préservation de la liberté est inextricablement liée à la préservation de la religion. Et actuellement, ce sont les églises chrétiennes qui manifestent la plus vive résistance au IIIe Reich. Excepté Pie XI et son successeur Pie XII, aucune autre institution n’a osé adresser de si vive remontrance au régime nazi. » Dans le même numéro, le célèbre scientifique Albert Einstein prend également parti pour Pie XII. (1)
  • « … ses remerciements sincères ainsi que son appréciation profonde de son attitude si bienveillante envers Israël et de l’aide tant valable rendue par l’Eglise catholique au peuple juif en péril. » (Isaac Herzog, grand rabbin de Jérusalem, le 22 novembre 1943)
  • « De tous les pamphlets incendiaires fabriqués à Moscou et lancés avec désinvolture et imprudence au sein de l’unité des nations Alliées, aucun n’est susceptible de faire autant de mal que cette attaque injuste voulant faire croire que le Vatican est pro nazi » (2)
  • « C’est l’honneur à jamais de la population de Rome et de l’Eglise catholique romaine que le sort des Juifs ait été allégé par l’Europe véritablement chrétienne d’assistance et de fidélité. Pour des raisons évidentes, on ne peut encore raconter tout l’histoire de l’aide que l’Eglise a apportée à notre peuple. » (Bulletin de renseignements du 5 juin 1944 de la brigade juive incorporée à la VIIIe armée britannique)

1. New-York Times, 31 mars 1940
2. New-York Times, 4 février 1944

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *